Iqbal, l'enfant qui n'avait pas peur

Réalisé par Michel Fuzellier, Babak Payami

France - 2016 - 1h20mn

A partir de 7 ans

IQBAL est un petit garçon espiègle et joyeux qui passe son temps entre les jeux avec ses copains, sa petite chèvre adorable et ses superbes dessins. Un jour, tout va changer… Son frère tombe gravement malade et il lui faut des médicaments coûteux, trop coûteux. Croyant bien faire, IQBAL attend la nuit pour s’éclipser vers la ville. Pour aider sa mère et soigner son frère, il n’a pas d’autres solutions que de vendre sa chèvre, le coeur serré... 
Mais, rien ne se passe comme prévu !

L’histoire du film est inspirée de la vie du petit Pakistanais Iqbal Masih (1983-1995), un jeune esclave travaillant pour le compte d’un fabricant de tapis. Cette histoire, racontée dans le roman de Francesco d’Adamo “Iqbal, un enfant contre l’esclavage”, s’inspire de la vie de ce jeune garçon exceptionnel devenu un symbole mondial de la lutte contre l’exploitation du travail des enfants. Le réalisateur Michel Fuzellier explique :              "Mais il y a des enfants exploités ailleurs qu’au Pakistan. Ceux-ci sont malheureusement une réalité quotidienne du monde entier car l’esclavagisme moderne n’est plus limité aux pays défavorisés de la planète : il prospère de façon incroyable dans notre monde occidental soi-disant voué au progrès. Face à ce fléau, j’ai ressenti cette proposition comme un impératif éthique : raconter aux jeunes générations la situation de millions d’enfants de par le monde. Notre intention n’étant pas de faire un documentaire, mais de raconter une histoire pouvant toucher un jeune public, il était important selon moi de donner au film un caractère universel et, pour ce faire, de le transplanter, sous la forme d’une fable, dans un pays imaginaire. Car notre but n’est pas de dénoncer telle ou telle culture, mais de raconter aux jeunes l’histoire d’un enfant prodige, un petit paysan qui comprend tout seul l’immoralité de l’exploitation des enfants et dénonce les pratiques odieuses et malheureusement universelles de la société des adultes."

LES SEANCES